LA CLÉ POUR OUVRIR LA PORTE DE LA FAVEUR DE DIEU AU MILIEU DE L’ATTENTE.

IMG_1093

Bon début de semaine les girls, 

Y a-t-il un domaine spécifique dans ta vie où tu attends toujours de voir la faveur de Dieu se manifester ? Ou peut-être une promesse se réaliser, mais elle semble tarder jusqu’au point de ne jamais venir ? Alors au travers de mon témoignage, entends la voix de Dieu te parler et laisse-la te donner l’espoir que toi aussi, tu vivras Sa faveur.

« Le 12 octobre, j’ai publié une photo sur mon Instagram avec cette phrase comme caption :

« I guarantee that after waiting on God with faith and the right attitude you will live the blessing with favor and grace. » 

À travers cette phrase, j’exprimais la situation que je vivais à ce moment-là : après 1 mois sans travail, on m’avait appelée pour mon premier remplacement comme éducatrice spécialisée diplômée à la Commission scolaire. Un remplacement dans un groupe d’élèves de 10-12 ans ayant des troubles de comportements. Et ce n’était pas un remplacement d’une journée uniquement. C’était un remplacement à durée indéterminée, ce qui veut dire que je pouvais rester à cette école plusieurs semaines ou même plusieurs mois.

Par le caption, j’exprimais que j’avais patiemment attendu un mois avec la bonne attitude et la foi que bientôt on m’appellerait pour travailler et ce serait un remplacement digne de q i est Dieu. Tous les jours du mois de septembre, je m’attendais à Dieu avec joie et foi, et ce, même si mes journées se résumaient en tâches ménagères et écrire la série des relations, parce que j’avais amplement de temps.

Durant ce mois d’attente où j’attendais un travail, où David et moi nous comptions uniquement sur son salaire, nous avons eu un imprévu : des réparations dispendieuses de notre voiture. Nous n’avions pas l’argent pour les payer, car je n’avais pas de salaire. Toutefois, je ne me suis pas préoccupée. Je continuais à reposer en Dieu et à Lui faire confiance qu’Il était au-dessus de notre situation et qu’en Son temps, Il pourvoirait parfaitement et généreusement. Voilà ce que je veux dire par une bonne attitude et la foi. Et Il l’a fait par le remplacement qu’on m’avait offert.

Le 25 octobre, environ deux semaines après le début du remplacement, j’ai ajouté une autre photo sur mon Instagram avec cette phrase comme caption :

« When God’s favor and grace are upon you, the impossible happens! Doors that couldn’t be opened are opened! And what is yours in the spiritual realm is given to you to bless you! »

Cette fois-ci, c’était une publication déclarative en lien avec la nouvelle situation que je vivais, après avoir eu le remplacement. Je me suis dit que si ma foi était vraie, elle devait être accompagnée d’une action. Alors j’ai publié la photo et j’ai écrit ce caption comme action de foi, en déclarant que ce à quoi je m’attendais de la part de Dieu allait se concrétiser.

Pour celles qui ne le savent pas, j’aime utiliser mes réseaux sociaux pour édifier, encourager, enseigner et inspirer. Alors tout ce que j’écris, je le vis. Je n’écris pas un caption juste pour écrire une belle phrase qui va accompagner ma photo. Tout ce que j’écris, c’est parce que je le mets en pratique et ainsi je désire édifier les gens qui me suivent. Voilà pourquoi cette dernière publication était, pour moi, un pas de foi. Car avec les yeux humains, j’aurais pu ne pas avoir la porte ouverte dans la situation que je vivais, mais par la foi, j’ai décidé de publier la photo avant le temps de la manifestation !

La situation que je vivais était que cela faisait deux semaines que je remplaçais une éducatrice. Cette éducatrice avait démissionné et son poste était désormais vacant. Cependant, seulement ceux qui ont une ancienneté dans la commission scolaire pouvaient avoir l’espoir d’être pris pour le poste. Alors, moi, je remplaçais uniquement pendant le temps que les ressources humaines et la direction de l’école trouvaient une personne pour combler le poste. Toutefois, la direction voulait un éducateur spécifique, qui avait remplacé à ce même poste, l’année précédente, pour une durée de 8 mois. Donc, cela faisait deux semaines que les ressources humaines et la direction concocter un plan.

Pendant ces deux semaines, j’ai réussi à plaire à l’enseignante du groupe où je remplaçais, à l’éducatrice générale qui nous soutenait, à la psychoéducatrice et à la direction. En deux semaines, ils ont aimé mes interventions et mon travail. Alors, ils m’ont proposé une offre qui déjà en soi, était un miracle : que l’éducateur qui avait remplacé l’année dernière vienne prendre le poste et que moi je prenne son poste à lui, à l’école où il était.

Pourquoi un miracle ? Car je n’ai aucune ancienneté. C’était mon premier remplacement. Et seulement ceux qui ont une ancienneté peuvent avoir un poste. Tous les autres qui commencent (comme moi), nous sommes dans la liste de rappel pour faire des remplacements. Mais avec cette offre, j’allais avoir un poste jusqu’en juin et l’autre éducateur aussi (mon premier miracle à mentionner dans ce message). Ce n’était pas garanti, car les ressources humaines devaient confirmer, mais voici les mots que le directeur m’a dit vers la fin de ces deux semaines : “ u es très bonne Veronica. Tu nous as démontré tes capacités et c’est pour cela que je vais parler en ta faveur aux ressources humaines jusqu’à ce qu’elles te donnent le poste de l’autre éducateur au lieu de le donner à une personne qui a une ancienneté.” Voici la raison de cette dernière publication déclarative dans mon Instagram.

Mais l’histoire ne se termine pas là. La journée suivante, à la fin de mon remplacement de deux semaines, le directeur me propose une autre offre en me disant ceci : “ tienne revient lundi prochain et finalement, on ne veut pas que tu prennes son poste à l’autre école. Du moins, pas pour l’instant. Nous avons besoin de toi dans l’autre classe d’élèves ayant des troubles de comportements, car l’éducatrice remplaçante que nous avons pour l’instant ne nous aide pas vraiment et on voudrait que tu prennes son remplacement.” C’est ce qui a été fait. Ils ont mis fin au remplacement de l’autre éducatrice remplaçante et m’ont donné sa place. Voilà mon deuxième miracle. Car en temps normal, après qu’Étienne soit revenu, je serai retourné sur la liste de rappel, mais au lieu, j’avais déjà un remplacement, dans la même école et avec des élèves que j’avais déjà côtoyés pendant mes deux semaines.

Lundi arrive, Étienne à son poste dans la classe des élèves de 10-12 ans et moi, au remplacement dans la classe des élèves de 8-10 ans. Tous ayant des troubles de comportements. Nous formons désormais une équipe, avec les deux enseignantes, l’éducatrice générale de soutien et la psychoéducatrice. Cette nouvelle et belle aventure a duré une semaine, car le remplacement que je faisais a pris fin rapidement.

Mais voici la meilleure partie de l’histoire. Cela faisait trois semaines que j’étais à cette école, j’avais travaillé deux semaines avec les grands et une semaine avec les petits. J’avais travaillé avec l’équipe et maintenant que l’éducatrice des petits, Joanie, revenait pour de bon, mon temps de remplacement à cette école prendrait fin et je retournerais sur la liste de rappel. Toutefois, l’offre pour le poste d’Étienne pouvait reprendre place. Désormais, je pouvais m’attendre à un appel des ressources humaines pour m’offrir le poste d’Étienne dans l’autre école. Ce n’était pas certain, mais au moins je pouvais m’attendre à un poste et non simplement retourner sur la liste de rappel.

Mais ce n’est pas ce qui est arrivé. À la place, Dieu a fait quelque chose que seul Dieu peut faire. L’éducatrice générale de soutien, Élène, qui était dans l’équipe depuis le début de mes trois semaines de remplacement, devait partir. Elle n’était que dans cette école pour le temps qu’Étienne et que Joanie reviennent. Elle avait son propre poste dans une autre école. Mais elle était de soutien pendant ces trois semaines, car il y avait un grand besoin. Alors, Élène était un emprunt de service. Mais maintenant que les deux éducateurs stables étaient de retour, elle aussi devait reprendre son poste à son école.

Mais ce qui a surgi est que la direction a demandé aux ressources humaines d’ouvrir un nouveau poste. Le poste d’éducatrice générale de soutien pour les deux groupes de troubles de comportements. Eh oui ! Le poste qu’Élène a eu pendant trois semaines uniquement pour aider. Ce n’était pas un vrai poste, c’était un emprunt de service. Mais maintenant qu’Élène devait retourner, la direction s’est dit qu’ils voudraient que ce soit un vrai poste. Comme je l’ai mentionné plus haut, ce sont ceux qui ont une ancienneté qui ont la possibilité d’avoir un poste.

Mais voici mon troisième miracle : l’équipe de l’école et la direction voulait que ce soit moi qui aie le poste. Non plus un remplacement, un poste ! Mais je devais tout de même postuler sur le poste et s’il y avait une personne plus ancienne que moi, c’est elle qui allait avoir le poste. Mais moi je croyais en mon Dieu. Et Il a été fidèle, car deux personnes avaient postulé au poste et étaient au-dessus de moi dans l’ancienneté, mais lorsqu’ils se sont aperçus que c’était pour travailler avec des élèves ayant des troubles de comportements, ils ont retiré leur demande et il ne restait que moi ! Et voilà que depuis le 1er novembre, j’ai obtenu le poste d’éducatrice générale de soutien pour les deux groupes d’élèves ayant des troubles de comportements ! Un poste de soutien définitif jusqu’aux vacances des fêtes, le 22 décembre, mais avec de fortes probabilités qu’il soit prolongé jusqu’à la fin de l’année scolaire en juin 2018, d’après la direction et les éducateurs stables. » 

Qui aurait cru que mon premier remplacement se transformerait en un poste avec une équipe extraordinaire et des élèves vivant des difficultés d’adaptation et des troubles de comportements, mais avec lesquels un beau lien entre nous s’est créé ? Seul Dieu peut faire une chose pareille. J’ai pris le temps d’écrire chaque étape de l’histoire pour que tu voies comment, alors que j’étais concentrée dans mon travail et qu’en même temps je gardais la foi et la bonne attitude : Sa main agissait en ma faveur. 

Une chose que je n’ai pas mentionnée pendant le témoignage est que vers la fin des deux semaines, alors qu’on me disait qu’Étienne allait peut-être revenir et j’allais peut-être prendre son poste, j’étais dans un moment d’instabilité, car je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais tous les jours durant cette deuxième semaine instable de ce qui allait arriver, je m’accrochais à Dieu de la même façon que je me suis accrochée à Lui durant le mois de septembre. Je ne voulais pas que les émotions prennent le dessus sur moi. J’avais cru en quelque chose de glorieux durant tout le mois de septembre et maintenant que j’avais un remplacement, mais qui allait s’achever et que ce n’était pas certain si j’allais avoir le poste d’Étienne, je pouvais avoir des doutes. J’aurais pu avoir des pensées du genre : « Mais Dieu, je m’attendais à quelque chose de glorieux. J’ai besoin de travailler. David et moi avons besoin d’argent pour payer les réparations de la voiture et tous les évènements qui sont à venir d’ici au mois de janvier. »

Mais cela n’a pas été ma réponse. Je ne me suis pas permis de penser ainsi. Je n’ai pas laissé mes émotions ni les circonstances dicter la suite des choses. Au contraire, tous les jours de cette deuxième semaine de remplacement, je revenais du travail, j’allais dans mon lieu secret et je louais Dieu. J’avais décidé de Le louer, peu importe ce qui allait arriver. J’avais décidé de Le louer que j’aille une suite glorieuse ou que je retombe dans la liste de rappel. J’exerçais mon coeur à louer Dieu même si les choses ne seraient pas en ma faveur, car je refuse d’être une chrétienne qui loue Dieu uniquement quand les choses vont bien. En même temps que je Le louais dans ce contexte, j’avais également la foi que Dieu prolongerait mon remplacement et que je ne retomberais pas dans la liste de rappel. Comment dire, j’étais préparée aux deux chemins, car tous les jours, je décidais de Le louer peu importe la situation, et de continuer à croire en l’impossible, en Sa parole, en Ses promesses, en qui est le Dieu en qui j’ai déposé ma confiance.

Ma soeur, j’ai écrit ce témoignage et ce message pour que tu sois encouragée de que Dieu va faire la même chose et au-delà dans ta vie, mais aussi pour que tu puisses comprendre que la clé dans l’attente de la réalisation de la promesse c’est ton attitude envers Dieu et Sa parole. Je suis persuadée que mon attitude de soumission et de louange envers Lui peu important la suite des choses et en même temps mon attitude de foi, ont permit à Dieu de déverser Sa faveur sur mon domaine professionnel de la façon comme Il l’a déversée : en abondance. Je ne me vante pas de mes capacités, car je sais que si j’ai été capable d’avoir les bonnes attitudes, c’est parce que le Seigneur est à l’oeuvre dans ma vie depuis plusieurs années déjà. Je prie que tu permettes à Dieu d’être à l’oeuvre dans ta vie à travers mon témoignage et que dans le domaine que tu as besoin de Sa faveur, tu puisses décider d’avoir la bonne attitude, afin de vivre, toi aussi, ton miracle.

Avec beaucoup d’amour, 

Vero xox 

PS: Les noms sont fictifs. 

 

 

 

 

 

 

 

As tu des commentaires en lien avec ce post?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s