COUCHES LAVABLES PARTIE 3 | ROUTINE AU QUOTIDIEN

Hello beautiful girls,

aujourd’hui, on termine notre mini série qui explique notre expérience avec les couches lavables pour notre petite pendant le temps où elle ne faisait que boire. Je vous ferai une partie 4 éventuellement, afin de vous mettre à jour sur notre utilisation des couches lavables, maintenant qu’elle a commencé à manger des purées et céréales. Alors, cette partie-là sera une mise à jour de notre routine avec les solides ! Mais pour cette partie-ci, nous en sommes encore à l’allaitement exclusif, donc vraiment une routine bien simple et un lavage aucunement compliqué. 

Alors, je vous explique étape par étape ce que nous faisons quant à ses changements de couches, rangement, lavage, crème, assemblage de couches, etc.

Rangement :

Dans le fond, dans notre meuble à langer, nous avons toujours des couches prêtes à être mises au moment du changement de couche. Je les range toutes dans le premier tiroir, toujours assemblées (les inserts dans la couche déjà placés). J’en ai 22, donc ici le tiroir n’est pas plein.

Pour ce qui est du rangement des couches sales, j’ai décidé de placer 2 sacs à couches, afin d’en avoir 1 pour les pipis et 1 pour les selles. Ainsi, je pouvais facilement faire le tri pour le prélavage, qui est uniquement nécessaire pour les selles. Mais finalement, je mets toutes les couches au prélavage, et non seulement celles des selles. Donc, un seul gros sac suffirait. Mais bon, mon espace était déjà placé alors on l’a laissé comme cela. Pour contrer les odeurs nauséabondes d’ammoniac (acidité d’urine), je place, au fond de chaque sac, 1 débarbouillette sèche à laquelle je mets 3-4 goutes d’huile essentielle d’arbre à thé + 3-4 goutes d’huile essentielle de lavande. L’huile d’arbre à thé a des propriétés naturelles antibactériennes en plus de sentir très fort. Mais ce n’est pas une odeur désagréable. Pour adoucir un peu l’odeur, je rajoute l’huile de lavande.

Utilisation :

Honnêtement, rien de plus simple. Une fois que la couche est assemblée, c’est la même chose qu’une couche jetable. J’ai essayé les couches avec fermeture à velcro et aussi avec les boutons-pression et les deux sont rapides et efficaces. Pour la nuit par contre, les couches à velcro étaient plus pratiques. Bien sûr, essayer d’attacher les boutons-pression avec les yeux tout collés c’est un peu difficile. Mais durant le jour, les deux, ça va. Pour la longévité de la couche, les boutons-pression sont meilleurs, car les velcros finissent par se détacher après un moment. Je suis contente de n’avoir que 2 couches à velcro sur 22.

Les lingettes que nous utilisons, et que j’ai trouvées sont les meilleures pour les couches lavables, sont les Aleva Naturals en bambou. Je les aime, car elles ne sont pas trop mouillées, mais nettoient super bien, et donc, laisse ses petites fesses sèches après le change. Ainsi, on lui met la couche et il n’y aura pas de problème d’humidité déjà en partant. Nous utilisons seulement la crème de change pour la nuit, ou quand elle est un petit peu rouge (ce qui n’arrive presque jamais). Mais, celle que j’ai trouvé qui fonctionne bien est celle de Live Clean. Mon conseil est que chaque fois que vous utilisez une crème de change, vous utilisiez aussi des feuillets, parce que c’est un peu dur à enlever du tissu de la couche et on ne veut surtout pas accumuler de résidus de quoi que ce soit. Rappelez-vous de la partie 1 merci. Donc, un feuillet que l’on jette au changement de couche et voilà, rien ne reste collé à la couche.

Lavage:

Ici je vais répéter un peu ce que j’ai écrit dans la deuxième partie, mais en résumé c’est super simple. Oui, il y a quelques cycles à faire, mais je trouve qu’il y a déjà beaucoup de lavage de vêtements de bébé à faire, donc 2 de plus, ça ne change pas grand-chose. Initialement, je faisais mon lavage aux 2 jours, maintenant c’est rendu 2 fois par semaine. Ainsi, j’ai le temps d’accumuler environ 15 couches et faire une grosse brasée. Quand je la faisais aux 2 jours, je devais rajouter une serviette pour qu’il y ait plus d’eau dans la machine, car je n’avais pas assez de couches pour le cycle « heavy ». C’est important que les couches frottent ensemble et qu’il y ait assez d’eau. Raquel n’a pas plus d’irritations ou de fuites, maintenant que je lave que 2 fois par semaine. Donc, je me dis que ça va. Donc au moment de laver ses couches voici ce que je fais :

  • Je fais un prélavage froid à un cycle normal, afin de faire dissoudre et évacuer toutes les selles dans l’eau. Pas de savon. Rien. Juste l’eau. * Selles d’un bébé allaité exclusivement. Je conseille l’utilisation régulière de feuillet si votre bébé boit du lait en préparation.
  • Ensuite, je fais le lavage à un cycle « heavy wash » à température chaude, avec du savon Dapple Baby, qui est un savon complètement naturel et sans odeur. Ultra efficace, mais assez doux pour la peau de bébé.
  • Enfin, un dernier « heavy wash » à température froide, uste avec de l’eau pour assurer qu’il ne reste pas d’urine, ni de savon et faire un dernier essorage.
  • Je mets les inserts à la sécheuse pendant 1 h 30 à température maximale (oui ça prend beaucoup de temps sécher les inserts) et les couches en soi je les fais sécher à l’air libre. Maintenant qu’il fait beau dehors, je pourrais tout faire sécher à l’extérieur. Le soleil est un excellent antibactérien et détachant naturel !

Tout dépendant à quelle heure j’ai entamé mon lavage, j’ai tout fini pour le soir même ou le lendemain. J’oublie souvent les brassées dans les machines (allô le mom brain). Le truc pour savoir si tout est bien lavé est de les sentir lorsqu’elles sortent de la sécheuse. Si elles ne sentent rien, alors il n’y a pas de résidus et elles sont propres. Il m’a fallu plusieurs essais avant de trouver la bonne quantité de savon à mettre selon le nombre de couches sales. Donc maintenant, je ne les sens plus lorsque j’ai terminé mon lavage. Je sais qu’elles sont propres.

Lorsque tout est sec, c’est le temps d’assembler les couches. Mon petit moment de regarder des vidéos YouTube pendant que je place les inserts dans chaque couche, je les ferme avec 2 boutons seulement et je les place dans le tiroir ! Une fois les couches rendues sales, on recommence le processus. Alors voilà. Ce n’est pas plus compliqué que cela. Tout se lave très bien, ma salle de lavage (qui est mon garage) n’empeste pas et les couches font leur travail parfaitement.

Je suis très contente d’avoir choisi d’utiliser des couches lavables pour mon bébé. Bien sûr, David était d’accord aussi. Et je le tenais au courant d’absolument tous les détails quant aux couches, puisque c’est moi qui m’occupe de les laver, sécher, assembler, ranger, puisque je suis en congé de maternité. Lorsqu’il la change, le travail est tout simple puisque la couche est déjà assemblée. C’est comme une couche jetable, littéralement. Je voudrais tout de même finir en mentionnant certains détails.

Les couches à poches sont à mon avis les plus simples d’utilisation. Les tout-en-un le sont aussi, puisqu’il n’y a pas d’assemblage à faire, mais le temps de séchage est très long, donc je trouve que cela rend le tout moins pratique. Et les couches plates, donc littéralement, les morceaux de tissu que tu dois assembler, plier et attacher avec des épingles à couches modernes : ouf, ce serait trop de travail pour moi. Par contre, j’imagine qu’une couche plate est plus ajustée sur les petites fesses que les autres couches. Ce que nous avons trouvé avec les couches que nous avons c’est qu’elles font des mégas fesses à Raquel ! Donc quand elle a appris à s’asseoir, elle avait plus de facilité à le faire avec une couche jetable que lavable. Mais bon. Après quelques semaines de pratique, elle y est arrivée et elle a 6 mois. Donc, ça ne retardera pas les étapes de développement pour autant.

Aussi, David et moi avons remarqué que la grosseur des couches faisait que Raquel avait légèrement les jambes écartées. Donc, ce qu’on a fait c’est qu’on a ajusté la longueur de la couche à l’avant-dernière grandeur, afin qu’elle monte plus haut. Ses petites jambes sont donc droites. Évidemment, les couches sont faites pour être portées jusqu’à la propreté, mais puisqu’on a déjà ajusté les niveaux de hauteur, je ne sais pas si elles lui feront jusqu’à 2 ans. On verra.

Pour l’instant, cela fait 3 mois que nous utilisons que des couches lavables et j’ai été étonnée de combien le tout a été facile et efficace pour un bébé qui ne fait que boire. Je tiens à préciser que je suis en congé de maternité, donc dédier 1 journée complète de lavage ne me dérange pas. Est-ce que lorsque je vais recommencer à travailler ce sera différent ? Je vous en ferai part c’est sûre. Maintenant que nous avons commencé à introduire les solides, il reste à voir si les couches vont bien se laver. La partie 4 répondra à cela. Sur ce, j’espère vous avoir fait connaître une approche aux couches lavables plus simple, réaliste, pratique et qui sait, qui vous donne envie de le faire à votre tour !

Avec amour,

Vero xo

As tu des commentaires en lien avec ce post?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s